FR

Comment le projet a été né

Published: 28. février 2019

Je suis assise sur la terrasse avec une belle vue sur l’océan, regardant notre livre et essayant de composer mon premier article de blog de ma vie. En même temps, je n’arrive pas à comprendre comment tout ça pourrait se produire.

 

Écrire un livre, c’était une idée étrangère pour moi – et je n’y aurais même pas penśe il y a encore un an. Maggie en avait marre du froid à Berlin où elle était à l’université, donc lorsqu’elle a eu la chance d’étudier dans les Caraïbes pendant l’hiver, elle a pris cette l’occasion sans hésiter. La Martinique l’a enchantée beaucoup et, un an plus tard, elle était de retour sur l’île pour faire son stage en tant que guide touristique, ce que lui a permis de découvrir la Martinique parfaitement.  

Je me suis retrouvé ici par hasard, il y a deux ans. Maggie et moi on s’est pas encore connu. J’avais envie de voyager et je ne savais pas où aller, et quelqu’un m’a recommandé la Martinique. Même si je n’en avais jamais entendu parler avant et je connaissais le français juste de la chanson de Christina Aguilera, j’ai pris mon billet le jour même et j’y étais dans un mois. J’étais censée rester en Martinique que trois semaines, mais ça s’est passé trop vite et d’un coup, la panique m’a rattrapé. C’était une idée effrayante – le froid, le travail, le stéréotype…tout ça contre le soleil, la plage et la tranquillité? Quoi choisir alors? La décision m’a pris environ une minute. Je reste en Martinique.

 

Puis j’ai fait connaissance avec Maggie. On a bien profité de la Martinique et de la vie tranquille au soleil, en même temps on accompagnait des touristes et des connaissances venus en vacances. Mais je ne vais pas mentir. Après un moment, on en avait marre.

 

De répéter les informations de base que tout le monde pouvait lire dans un guide touristique. Le problème était qu’il n’existait aucun guide complet sur la Martinique en anglais. Les gens n’arretaient pas de nous demander, mais il n’y avait que quelques bouqins en français qui étaient disponibles. Avec beaucoup de texte, plein de publicités et pas de photo. Comment je peux savoir où prendre la meilleure photo Instagram ou un selfie dans un beach bar avec une margarita à la main? 😀 Puis on a entendu parler que, finalement, un guide électronique en anglais sera publié.

On avait hâte de le lire – ça va enfin nous soulager au niveau de guidage des visiteurs. On a acheté le livre en ligne, en ésperant d’apprendre de nouvelles informations intéressantes et d’avoir un matériel à recommander aux visiteurs internationaux. Malheureusement, l’enthousiasme s’est rapidement transformé en colère. L’argent jeté dans l’air!

 

Aucun conseil pour des endroits uniques ou la meilleure piña colada de l’île, et rien qui pourrait faire notre travail plus facile. Maggie sera obligée de répéter toutes ces phrases aux touristes, jusqu’à qu’elle ne perd pas sa voix et je serai encore assise devant mon ordinateur, obligée de répondre à des dizaines de messages identiques jusqu’à ce que mes doigts tombent.

 

Ok, ça suffit!

On va écrire notre propre guide!

 

On avait cette même idée avec Maggie, et après quelques verres, c’était décidé.
Le lendemain, même tout cela ressemblait à quelque chose de complètement drôle et irréaliste, nos âmes aventureuses, entreprenantes et organisationnelles ne nous ont pas laissé dormir. Et on a commencé à planifier…