FR

Faire ses études dans les Caraïbes? Pourquoi pas!

Published: 10. mars 2019

Le temps passe tellement vite! Ça fait déjà quatre ans, mais j’ai l’impression que ce n’était que hier que j’ai mis mon pied pour la première fois sur le sol martiniquais. Difficile à dire si c’était une coïncidence ou un destin, mais mes études m’ont ramené ici. Avant, je n’aurais jamais imaginé qu’un jour je vais me retrouver à l’université dans les Caraïbes. Mais quand on m’a donné l’occasion de changer la grande ville Berlin sombre et froide à l’île tropicale, à la mer et au soleil dans le cadre du programme Erasmus à l’université des Antilles, je n’ai pas hésité une seconde.

 

Quand je suis allée en Martinique pour la première fois, je ne connaissais personne. Tout ce que je savais sur l’île, c’était que c’est dans les Caraïbes et qu’il fait beau et chaud là-bas, qu’il y a du bon rhum et qu’ils parlent français là-bas. Et qu’il y a des Noirs sympathiques, ce qui était un bonus 😀

 

Je suis sorti de l’avion, pleine d’espoir et d’excitation. J’ai aspiré l’air chaud et je savais que j’étais dans le bon pays. Passer six mois sur la plage, nager tous les jours dans la mer, manger des fruits tropicaux, améliorer mon français et connaître une nouvelle culture, cela ressemblait à un rêve.

 

Toutefois, quand je suis arrivée, j’avais un petit problème. Je ne connaissais que l’adresse de l’université où je devais être logée et comme je ne savais pas comment me rendre jusqu’à là, je ne pouvais rien faire d’autre que prendre un taxi de l’aéroport. Grosse erreur. Quand le chauffeur de taxi a dit le prix, j’étais choquée: 50 € en 15 minutes.

 

Comme si ce n’était pas assez, lorsque je suis arrivée sur le campus, il n’y avait aucune personne et la résidence universitaire était fermé à clé. J’étais là toute seule et je me suis posée la question quoi faire. D’un coup, un gars avec des bagages est arrivé. Il avait la clé du bâtiment. On a parlé et je lui ai expliqué ma situation. Il m’a proposé de dormir dans sa chambre, lorsqu’il va rester chez son cousin à Fort-de-France.

 

J’avais deux options: accepter cette offre ou aller dormir quelque part sur la plage. Je réfléchissais sérieusement sur la deuxième option, mais comme il faisait presque nuit, j’avais deux grosses valises et les moustiques mordaient, finalement j’ai choisi le confort. Le gars m’a donné la clé de sa chambre, j’étais fatigué et je me suis endormi toute de suite. Le lendemain, je suis allée à la direction de la Résidence universitaire. Ils m’ont finalement donné ma propre chambre. J’ai appris qu’il était nécessaire de leur préciser à l’avance quand j’allais venir afin qu’il y ait quelqu’un pour m’ouvrir et m’accueillir. Comme l’année scolaire n’a pas encore commencé, il n’y avait personne.

J’ai trouvé un groupe d’amis sur le campus assez rapidement. La plupart des étudiants étrangers traînaient avec des groupes de leur nationalité. Ce n’était pas mon cas, j’étais en quelque sorte un outsider et je ne voulais être incluse dans aucun groupe. Je suis venue ici pour améliorer mon français quand même! J’ai passé la plupart du temps avec des locaux et grâce à ça, j’ai appris le français couramment dans quelques mois. En plus, j’ai appris la base de la langue créole, en écoutant les locaux et aussi grâce aux cours spéciaux pour étudiants étrangers proposés par l’université. Je recommande vivement d’y participer!

 

Vivre à la résidence universitaire ou dans un appartement privé? Une question que chaque étudiant va se poser. Chaque option a ses avantages et inconvénients.

J’ai vécu à la résidence pour les étudiants. Comme ça, j’ai fait rapidement connaissance avec beaucoup de personnes, car la résidence est située directement sur le campus, ce qui est un avantage. Ne que 3 minutes à pied pour aller dans des cours. Le prix était aussi convenable, les chambres varient entre 200 € – 300 € par mois. L’inconvénient est qu’on n’a pas assez d’intimité. Il y a souvent des bruits dans le couloir et 20 étudiants partagent une petite cuisine. Vous pouvez donc vous imaginer comment c’est quand on veut dîner tous en même temps. Les autres inconvénients sont les règles strictes et aucune visite après 22 heures.

Si vous choisissez un hébergement privé, vous payez un petit supplément, mais vous aurez la paix, l’espace et la liberté. En plus, la plupart des propriétaires locaux sont gentils, prêt à aider et heureux de vous présenter la culture et les traditions locales. Les prix varient entre 300 € – 500 € pour une chambre dans une maison partagée ou un petit appartement privé.

 

Je vais être honnête, en ce qui concerne l’organisation à l’université, c’est un peu le bordel. J’étais habituée à un système parfait de l’Allemagne, et ici c’était tout le contraire. L’emplois du temps et les cours toujours changeaient pendant le premier mois. Lorsque j’ai finalement eu un plan d’étude fixe, le semestre était presque terminé. Il y a quand même un avantage, si vous n’aimez pas un cours ou si vous le trouvez trop difficile, vous pouvez le changer même 5 fois.

 

La plupart des cours à l’université sont proposés uniquement en français. Il faut pas avoir peur! Leur niveau est moin difficile que dans la plupart des universités européens. Ce que les professeurs locaux apprécient le plus, c’est l’effort. Sinon, la plupart d’entre eux sont prêt à aider aux étudiants étrangers.

 

Surf, wakeboard, kayak ou plongée? L’université propose un large choix de cours de sport et ça serait donc dommage de ne pas y participer. Vous pouvez également obtenir des crédits pour ça. Je vous recommande vivement de vous inscrire pour des randonnées du samedi organisées par le SUAPS. C’est une excellente occasion de rencontrer d’autres étudiants et de découvrir la beauté de la nature martiniquaise.

 

Tous les étudiants, n’hésitez pas à demander à votre université si vous avez la possibilité de partir en Martinique, soit pour un échange Erasmus ou un stage. Je suis sûre que vous ne le regretterez pas! En plus, vous recevrez une bourse de votre école, passerez un séjour inoubliable sur cette île merveilleuse, améliorerez votre langue et ferez connaissance avec une culture intéressante et ses gens formidables.

 

La Martinique est le pays qui a tout ce que j’adore. Soleil, belles plages, mer chaude, nature sauvage, excellente cuisine et gens sympathiques. Il faut pas être étonné que j’étais de retour sur l’île après un ans pour faire mon stage en tant que guide touristique.

 

Résumé pour les étudiants:

 

  • essayez de vous organiser un transfert depuis l’aéroport avant votre arrivée, que ce soit via Facebook ou via des amis. Essayez de demander quelqu’un qui vit sur l’île si la personne peut venir vous chercher. Les gens ici sont gentils et prêts à aider. Vous pouvez vous organiser aussi avec d’autres étudiants Erasmus via des groupes FB qui arrivent le même jour comme vous et partager un taxi

 

  • avant votre arrivé, contactez le service pour étudiants étrangers de l’université. Ils répondront à toutes vos questions

 

  • si vous voulez vivre dans une chambre privée, recherchez des sites locaux comme www.leboncoin.fr ou Facebook (par exemple, Jah Familia, Colocation Martinique)

 

  • c’est assez compliqué avec le transport publique en Martinique. C’est alors une bonne idée de considérer l’achat d’une voiture d’occasion que vous vendez avant de partir. Ça vaut la peine de partager le prix avec plusieurs étudiants ensemble.

 

  • profitez de la riche offre d’activités sportives à l’université, inscrivez-vous pour le maximum de cours possible

 

  • inscrivez-vous au cours d’initiation au créole

 

  • vous pouvez obtenir une allocation de logement de la CAF, qui couvre généralement la moitié des coûts de location. Pour plus d’informations, contactez le CROUS à l’université ou consultez www.caf.fr

 

  • et un conseil à la fin: passez le plus de temps possible avec des locaux, n’ayez pas peur de parler français, sortez dans la nature, profiter du soleil et du vitamine D au maximum, allez au carnaval, mangez du poisson frais, fruits tropicaux et profiter de la vie tranquille des Caraïbes 🙂